Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2019 2 30 /04 /avril /2019 21:14

Que naissait Michel Buhler en 1945. Il vient d’arrêter la chanson et j’apprends qu’il a écrit quelques romans.

« Un politicien bien ancré à droite me disait l'autre jour, entre condescendance et ironie: "Toi dont les convictions n'ont pas changé depuis notre jeunesse, tu n'en as pas marre d'être éternellement dans le camp des perdants? N'as-tu pas le sentiment de t'être trompé toute ta vie?"
Sur le moment, je n'ai pas su quoi rétorquer. A la réflexion, voici ce que j'aurais dû répondre:
La première fois que j'ai manifesté, c'était contre la guerre que les Américains menaient au Vietnam... J'avais raison...
J'ai témoigné plus tard au procès d'un ami, objecteur de conscience... J'avais raison...
...
La dernière fois que j'ai rejoint des protestataires, c'était pour suivre un cours de fauchage, au cas où Monsanto et toi-même parviendriez à imposer les OGM. Je crois hélas que le temps dira que j'ai eu raison...
Cela dit, mon vieux, si tu as besoin de conseils, n'hésite pas à me rappeler! »

Et puis c’est veille de manif alors…

Quant à moi j’ai écrit ceci : « Plus d'arguments, plus aucun, à bout d’arguments. Et en plus je perds mes cheveux. Me voilà bien, future tête nue dépourvue du moindre argument. C'est moche. »

Partager cet article

Repost0
29 avril 2019 1 29 /04 /avril /2019 22:00

Que mourait Jehan Jonas en 1980. Il reste l’exemple du grand talent méconnu dans la chanson. Faut dire qu’il n’a pas fait grand-chose pour qu’il en soit autrement, révolté insoumis et intègre, après plus de quarante ans, la plupart de ses chansons sonnent toujours juste (allez écouter flic de Paris).

« Mon copain de la Lune a l'âge des ivrognes / Je l'ai vu ce matin, il a les cheveux blancs / Il va dormir, la nuit, dans le bois de Boulogne / La Lune était trop loin, moi je deviens trop grand / Je me souviens du temps où je me croyais libre / Mon copain de là-haut n'est qu'un astre mourant / On se réveille un jour et l'on perd l'équilibre / Et l'on tombe sa vie alors tout doucement »

Partager cet article

Repost0
28 avril 2019 7 28 /04 /avril /2019 20:27

On s’en souvient certains matins de cet artiste monténégrin, Uros Tochkowitch, né en 1933 et mort cette année. La photo « L’arrivée du christ à Paris » est parue dans la revue « Le fou parle » en 1977. Elle a dû m’ouvrir une fenêtre vers une certaine idée de la folie. Ses dessins représentent souvent des visages déformés, grimaçants, mutilés. A la fois cruels, violents et railleurs, ces visages semblent nous donner de nos nouvelles ou des nouvelles de ce qui se vit dans le monde.

28 avril
28 avril

Partager cet article

Repost0
27 avril 2019 6 27 /04 /avril /2019 19:50

On s’en souvient certains matins de ce poète Christian Bachelin que j’aimais lire à haute voix il y a bientôt 30 ans. Romance sans issue est un recueil obsédant et répétitif.

« Rien n’existe à part peut-être les tuyaux de poêle / Les tuyaux de poêle enfument les soirs d’hiver / Les soirs d’hiver étreignent le cœur solitaire / Le cœur désert s’effrite avec les graffitis / Les graffitis se perdent autour du myosotis / Le myosotis pousse dans les coins abandonnés / Les coins abandonnés rongent les restants de neige / Les neiges à l’infini font dérailler les plaines / Les plaines attendent après les éclipses essentielles / Les éclipses essuient la suie autour des potiches / Les potiches déshéritées regrettent le passé / Le passé décante dans les vals étranges / Les vals obscurs couvent l’éternel retour… »

Un peu comme la musique de Magma que j’écoutais avidement il y a 40 ans et dont le chanteur guitariste des débuts, Zabu, vient de mourir. Pierre Tilman en parle bien : « Nous avons tous vu Lucien traînant derrière lui, sur des roulettes, son ampli et sa guitare tenus par un sandow, marchant lentement dans la rue, gentiment comme un être de paix, doucement comme un rêveur éveillé, avec une certaine élégance, comme le chat qui irait faire sa sieste… »

https://www.youtube.com/watch?v=rG1GRp44j3c

 

Partager cet article

Repost0
26 avril 2019 5 26 /04 /avril /2019 19:32

Que naissait Marc-Aurèle en 121, empereur romain qui nous incite à accomplir chaque acte de nos vies comme s’il devait être le dernier. Facile à dire certes. Je ne suis pas sûr de mettre la solennité adéquate lorsque je vais cliquer ce soir sur « publier » en bas de la page de ce blog. Mais son incitation à la modestie a quelque chose de rassurant au final : « Jette tout, ne garde que ce peu de chose. Et encore souviens-toi que chacun ne vit que dans l'instant présent, dans le moment. Le reste, c'est le passé ou un obscur avenir.
Petite est donc l'étendue de la vie; petit, le coin de terre où l'on vit; petite, la plus longue renommée dans la postérité; elle dépend de la succession de petits hommes qui vont mourir très vite et qui ne connaissent ni eux-mêmes ni ceux qui sont morts il y a longtemps. »

Partager cet article

Repost0
25 avril 2019 4 25 /04 /avril /2019 19:55

Que mourait Jacques Rouxel en 2004. Je suis de ceux qui ont découvert l’absurde, enfant, avec les Shadoks à la télé du temps de De Gaulle.

« Ils (les Shadoks) avaient de grosses pompes pour les gros problèmes.
Et des petites pompes pour les petits problèmes.
Ils avaient mis au point aussi des pompes spéciales pour les cas où il n'y avait pas de problème du tout.
Pour ceux que la technique intéresse, disons que quand on pompait avec ça, non seulement il ne se passait rien, comme avec une pompe shadok ordinaire, mais plus on pompait, plus il n'y avait rien qui se passait.
C'était quand même une sécurité. »

Partager cet article

Repost0
24 avril 2019 3 24 /04 /avril /2019 20:48

On se rend compte que la nature a bien verdi et qu’il faudrait penser à faire son jardin. Mais comme on a la flemme on lit l’anthologie jardin(s) de chez Donner à Voir. http://donner-a-voir.net/ et on s’arrête sur un poème de Georges Cathalo : « désolé cher merle / mais j’ai besoin moi aussi / de fouiller cette terre / pour qu’y poussent quelques légumes / ne crains rien ce sera vite fait / ensuite tu auras tout ton temps / de jour comme de nuit / pour t’occuper de tes affaires. »

Partager cet article

Repost0
23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 21:21

Que naissait probablement William Shakespeare en 1564 même si Alphonse Allais a pu avancer que « Shakespeare n’a jamais existé. Toutes ses pièces ont été écrites par un inconnu qui d’ailleurs s’appelait Shakespeare. »

Ceci dit on lui doit des remarques de bons sens pratique « Nos doutes sont des traîtres et nous privent de ce que nous pourrions souvent gagner de bon parce que nous avons peur d'essayer. » et des questionnements vertigineux : « Quand la neige fond, où va le blanc ? » qui valent le détour.

Partager cet article

Repost0
22 avril 2019 1 22 /04 /avril /2019 20:58

Que naissait Alexandre Vialatte en 1901. Les articles publiés dans la presse locale de cet « écrivain notoirement méconnu » referment toujours cet humour absurde et décalé qui me ravit et fait du bien tout simplement.

« L'escargot est naturellement héroïque: l'escargot ne recule jamais. »

« L’éléphant se compose en gros d’une trompe, qui lui sert à se doucher, d’ivoire, dont on fait des statuettes, et de quatre pieds, dont on tire des porte-parapluie. Dieu l’a fait gris, dit Bernardin de Saint-Pierre, pour qu’on ne le confonde pas avec la fraise des bois. »

« L'homme n'est que poussière, c'est dire l'importance du plumeau. »

Partager cet article

Repost0
21 avril 2019 7 21 /04 /avril /2019 21:41

On s’en souvient certains matins de ce poète, Jean Rivet, dont j’ai publié en 2007 un recueil de poèmes proches des haïkus, Sablier. Il y est question de chats entre la vie et la mort. Il est mort 3 ans plus tard au mois de juillet 2010. « Des pas dans la neige / Des pas sur le sable / Juste pour continuer » « Chat noir chat blanc / Un rien de Mozart / Dans le chemin qui descend ».

En même temps je suis tombé sur ce poème de François de Cornière (Ça tient à quoi ?, éd. Le Castor Astral) qui évoque Jean Rivet : « J’étais allé voir Jean / à l’hôpital. / Son sang était très malade / c’était la fin. // Je m’étais assis à côté du lit / et je lui avais lu / des poèmes de Jean Follain / - son poète préféré. // Jean gardait les yeux fermés / mais il me faisait signe / - son doigt sur le drap - / de continuer. »

L’ouvrage de Jean Klépal a caminar… n’est pas très loin. Jean-Claude Dorléans l’évoque brillamment sur son blog : http://soitdit-enpassant.over-blog.com/2019/04/veuillez-presenter-votre-ticket-d-entree.html

Partager cet article

Repost0

Portrait du blogueur

dans un spectacle Gaston Couté

couté

Recherche

pourquoi bloguer

Je m'efforce d'insérer dans ce blog les annonces des publication des éditions associatives Gros Textes, des billets d'humeur et des chansons de ci de là. Ceci n'ayant rien d'exhaustif.

pour commander des livres

Si des ouvrages présentés dans ce blog vous intéressent, vous pouvez les commander en envoyant un chèque correspondant à la somme indiquée (+ un forfait port de 1 €) à l'adresse des éditions :
Fontfourane
05380 Châteauroux-les-Alpes

pour tout renseignement complémentaire (conditions d'envois et de remises pour les libraires, collectivités...), vous pouvez écrire à gros.textes@laposte.net

Également Chez Gros Textes - Catalogue

bouquinerie

 

 

Les pages ventes par correspondance sont en chantier.

Nous allons tenter dans les semaines qui viennent de proposer à la vente à partir du blog certains livres de notre épicerie littéraire.

Pendant le chantier, si vous tombez sur un bouquin que vous cherchez, vous pouvez envoyer un mail à gros.textes@laposte.net, et on vous dit comment faire.