Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 août 2019 6 31 /08 /août /2019 20:16

En 1941 que Marina Tsvetaeva mettait un terme à son passage sur terre : « Je suis passée sur terre d'un pas de danse ! - Fille du ciel ! / Un tablier plein de roses ! - sans écraser les jeunes pousses ! »

Partager cet article

Repost0
30 août 2019 5 30 /08 /août /2019 21:41

Que mourait Seamus Heaney en 2013. Poète irlandais, prix Nobel de littérature en 1995, à la poésie simple et rugueuse autant que mystérieuse : « Un sorbier comme une fille avec du rouge aux lèvres // Entre la petite et la grande route / Les aulnes mouillés et ruisselants / Se tiennent à distance parmi les joncs. // Il y a les humbles fleurs du dialecte / Et les immortelles de l’accent parfait / Et cet instant où l’oiseau chante tout proche / De la musique des événements. »

Partager cet article

Repost0
30 août 2019 5 30 /08 /août /2019 07:44

Que naissait Valery Larbaud en 1881. Aphasique les 22 dernières années de sa vie il ne savait plus prononcer parait-il que « Bonsoir les choses d’ici-bas ».

« Dans le clair petit bar aux meubles bien cirés, / Nous avons longuement bu des boissons anglaises ; / C’était intime et chaud sous les rideaux tirés. / Dehors le vent de mer faisait trembler les chaises. // On eût dit un fumoir de navire ou de train : / J’avais le cœur serré comme quand on voyage ; / J’étais tout attendri, j’étais doux et lointain ; / J’étais comme un enfant plein d’angoisse et très sage. // Cependant, tout était si calme autour de nous ! / Des gens, près du comptoir, faisaient des confidences. / Oh, comme on est petit, comme on est à genoux, / Certains soirs, vous sentant si près, ô flots immenses ! »

Partager cet article

Repost0
30 août 2019 5 30 /08 /août /2019 07:41

Que naissait Philippe Léotard en 1940. Humour et désespoir sur fond éthylique, ça rend le personnage attachant : « Celui qui n’a pas lu dans le rire de l’eau se demande depuis combien de temps elle se compare aux cheveux d’une femme. »

Ses interprétations de Ferré ou de Brassens sont remarquables.

Partager cet article

Repost0
27 août 2019 2 27 /08 /août /2019 20:33

Que Cesare Pavese décidait d’en finir en 1950.

« L'homme seul - qui a été en prison - se retrouve en prison / toutes les fois qu'il mord dans un quignon de pain. / En prison il rêvait de lièvres qui détalent / sur le sol hivernal. Dans la brume d'hiver / l'homme vit entre des murs de rues, en buvant / de l'eau froide et en mordant dans un quignon de pain. // On croit qu'après la vie va renaître, / le souffle s'apaiser, et l'hiver revenir / avec l'odeur du vin dans le troquet bien chaud, / le bon feu, l'écurie, les dîners. On y croit, / tant que l'on est en taule, on y croit. Puis on sort un beau soir / et les lièvres, c'est les autres qui les ont attrapés / et qui, en rigolant, les mangent bien au chaud. / On doit les regarder à travers les carreaux. // L'homme seul ose entrer pour boire un petit verre / quand vraiment il grelotte, et il contemple son vin : / son opaque couleur et sa lourde saveur. / Il mord dans son quignon, qui avait un goût de lièvre / en prison ; maintenant, il n'a plus goût de pain / ni de rien. Et le vin lui aussi n'a que le goût de brume. // L'homme seul pense aux champs, heureux / de les savoir labourés. Dans la salle déserte / il essaye de chanter à voix basse. Il revoit / le long du talus, la touffe de ronciers dénudés // qui était verte au mois d'août. Puis il siffle sa chienne. / Et le lièvre apparaît et ils cessent d'avoir froid. »

Partager cet article

Repost0
26 août 2019 1 26 /08 /août /2019 20:22

Que naissait Jules Romains en 1885. Il posa cette question ontologique fondamentale : « Ça vous chatouille ou ça vous gratouille ? ». Malgré cela, il n’est plus du tout à la mode. Il y a quelques années dans la bouquinerie de Gros Textes en attendant les clients j’ai relu quelques tomes de ses Hommes de bonne volonté et je trouve dommage de n’en vendre jamais. Je crois qu’on a toujours la série complète au fond de la boutique.

« On récompense des écrivains parfois pour leur œuvre. Pourquoi n'en punit-on jamais ? »

Partager cet article

Repost0
25 août 2019 7 25 /08 /août /2019 21:42

Que mourait Friedrich Nietzsche en 1900. On dit que son dernier geste conscient fut, le 3 janvier 1889, de se précipiter au coup d’un cheval que battait un cocher et de l’embrasser. Ensuite il sombra dans 10 ans de démence.

« La connaissance tue l'action, pour agir il faut être obnubilé par l'illusion. »

 

Partager cet article

Repost0
24 août 2019 6 24 /08 /août /2019 21:50

Que mourait Simone Weil en 1943. Elle plaça la barre de l’expression à un niveau assez haut : « Il faudrait dire des choses éternelles pour être sûr qu'elles soient d’actualité. »

Partager cet article

Repost0
23 août 2019 5 23 /08 /août /2019 21:17

Que naissait Georges Perros en 1923. Il s’évertua à mener « Une vie ordinaire »

« Ici naquit Georges Machin / qui pendant sa vie ne fut rien / et qui continue Il aura / su tromper son monde en donnant / quelques fugitives promesses / mais il lui manquait c'est certain / de quoi faire qu'on le conserve / en boîte d'immortalité. // Prendre l'air était son métier. »

Partager cet article

Repost0
23 août 2019 5 23 /08 /août /2019 21:16

Que mourait Eugène Dabit, écrivain prolétarien, en l’année 1936, quand le prolétariat tenait tête au capital. Son premier roman « L’hôtel du nord » est devenu un classique grâce au cinéma et à Marcel Carmé. Il y a de la poésie du quotidien dans son œuvre.

« Puisqu’on vit, il faut manger, cuisiner, recommencer les gestes quotidiens, rapprocher les deux tables, y poser les assiettes, les couverts, des bouteilles. »

Partager cet article

Repost0

Portrait du blogueur

dans un spectacle Gaston Couté

couté

Recherche

pourquoi bloguer

Je m'efforce d'insérer dans ce blog les annonces des publication des éditions associatives Gros Textes, des billets d'humeur et des chansons de ci de là. Ceci n'ayant rien d'exhaustif.

pour commander des livres

Si des ouvrages présentés dans ce blog vous intéressent, vous pouvez les commander en envoyant un chèque correspondant à la somme indiquée (+ un forfait port de 1 €) à l'adresse des éditions :
Fontfourane
05380 Châteauroux-les-Alpes

pour tout renseignement complémentaire (conditions d'envois et de remises pour les libraires, collectivités...), vous pouvez écrire à gros.textes@laposte.net

Également Chez Gros Textes - Catalogue

bouquinerie

 

 

Les pages ventes par correspondance sont en chantier.

Nous allons tenter dans les semaines qui viennent de proposer à la vente à partir du blog certains livres de notre épicerie littéraire.

Pendant le chantier, si vous tombez sur un bouquin que vous cherchez, vous pouvez envoyer un mail à gros.textes@laposte.net, et on vous dit comment faire.