Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 16:25

gueno.jpg

   

Barbares à la barre du jour de Jean-Noël Guéno
Couverture et Peinture en pleine page couleur intérieure de Lewigue

64 pages au format 10 x 15 cm

ISBN : 978-2-35082-184-9

6 €

 

Gros Textes avait publié en 2004 « L’étoile pour la faim » du même auteur. Il y a chez Jean-Noël Guéno la trace de ce que fut l’école de Rochefort, une attention portée aux bruits du monde qui se mêle aux bruits de son propre sang quand un lyrisme modeste rejoint « le devoir de colère ».

 

Un extrait :

  

Ils ne possèdent plus rien,

rien que l’humble confiance

en leur propre colère,

appel à vivre

sous l’arc

                                  qui vibre

entre soleil et folie

 

Coin dans la tête

d’un monde qui se fend.

  

Repost 0
4 mars 2012 7 04 /03 /mars /2012 16:16

Pellerin.jpg

D’aubaines et de miettes

Carnet d’un voyage au Japon de Frédéric Pellerin

Images de Matt Mahlen

Préface de Jean-Louis Bergèse

80 pages au format 15 x 21 cm à l’italienne (+ 6 pleines pages couleur de Matt Mahlen)

ISBN : 978-2-35082-183-2

10 €

 

J’ai connu Frédéric Pellerin par le groupe Memento Mori invité lors d’une « ivresse des livres » (la manifestation littéraire de Gros Textes). Il accompagnait le chanteur Jean-Louis Bergèse. Lors de cette manifestation, Matt Mahlen exposait dans le village. Les liens se sont tissés et voici un petit livre dont je suis très satisfait tant par le fond, l’extrême délicatesse évocatrice de sortes de haïkus, que par la présentation.

 

La préface :

 

«Un voyage de mille lieues commence toujours par un premier pas.» Lao Tseu. Et c’est ainsi du premier jusqu’au dernier que ce carnet de route et de vol nous prend par le pied pour nous plonger à travers, au-dessus, à l'intérieur des paysages et des villes, des cartes et des mouvements, avec les mesures et démesures, la terre de ciel, le vide plein au-dessous, l'appréhension du déplacement physique et géographique, le voyage au long cours, la gestuelle et le code ignorés.

C’est l'écriture d’un oeil, celui qui « malgré la fatigue » s'ouvre continuellement sur l'autour, celui qui balaie comme l'optique de la caméra et qui absorbe ce qu'il voit. Celui qui déniche le détail, l'inscription ici d'un objet, la présence là de quelqu'un, et qui révèle ainsi ce négatif factuel de la perception première, de l'émotion qui l’accompagne et du sentiment d’étrangeté.

Et puis dans cette sensation de la distance parcourue et du pays à l'autre bout, mystérieux et inconnu, ces deux avions aussi, celui de l'aller et celui du retour, qui marquent le territoire du voyage et place au milieu, l'ailleurs loin d'ici, très loin…

Les mots et les images, les noms des villes, de pays, l’espace nommé,  le lexique permanent d'une autre langue dans la sonorité, c’est alors le déroulé d’une écriture dans son rythme. Brève, explicite et  frémissante toujours à la saisissante lumière d’un "flashaïku".

 

Jean-Louis Bergère

 

un extrait :

 

La vendeuses du grand magasin

Tournée vers l’allée centrale

S’incline au passage du client

 

 

Au pied d’un immeuble de vingt étages

 Vieille bicoque de plain-pied

Tout en bois

 

 

Chaque bâtiment

A distance de l’autre

Que la terre puisse trembler

A sa guise

  

Repost 0
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 17:04

Un article de Jean-Paul Leroux   

Quel système théorique peut nous aider dans la perspective d’une assemblée constituante ?

 La 5ème République est, à l’heure actuelle, contrôlée par une oligarchie politique au service de la finance internationale. Le mot d’ordre appelant à une nouvelle constituante est porteur d’espoir pour les citoyens qui ne veulent plus être soumis aux aléas du marché et aux politiques de rigueur visant au démantèlement de la protection sociale et des services publics. Si nous voulons un véritable renouveau constitutionnel, il faut nous interroger sur les différentes conceptions de la démocratie et travailler à promouvoir celle qui sera en accord avec l’ensemble de nos pratiques et positions politiques. 

(...) 

Repost 0
18 février 2012 6 18 /02 /février /2012 20:21

Sur le blog, une version light et territorialisée de feu Gros Textes Arts et Résistance.

Il existe une version papier. Le numéro 1 paraîtra en avril.

Voici en attendant mieux

 

    link

 

 

Repost 0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 20:36

Granouillet.jpg

 

Devant, les cris des enfants et le bruit mat des ballons qui retombent sur l'eau. Au fond, les petits bateaux à moteur et leur capitaine, debout, bien droit à la barre et après l'écume blanche comme une plaie qui se referme. Tout baigne dans le bleu. On est bien. Les jours se succèdent sans enjeu. Dormir ou faire les courses? Acheter un ballon ou une épuisette? Les vacances, on fait rien, on est bien. On s'est rêvé loup solitaire, craignant par-dessus tout la compagnie du blaireau, et puis l'azur nous a eu: jet de l'éponge pour la serviette de plage. J'y suis et content d'y être.

Je ne voudrais pas me voir avec mes yeux jeunes. Je ne voudrais pas qu'ils me regardent trempoter, gras du bide, de l'eau fraîche jusqu'à mi-cuisse hésitant depuis vingt minutes à me mouiller les couilles. Peut-être que tous les thons frits alignés à coté de moi partagent à l’instant ma pensée? Ce jour-là comme tous les jours, toute une génération de quarantenaires plantés comme de gros joncs. Seul le regard bouge, toujours aux aguets, toujours prêts à sauver sa progéniture de la noyade. Semblables aux statues de Pâques il ne faudrait pas nous croire minéral: Ça bout à l'intérieur! La volonté veut se faire action ! Tous nous cherchons l'ultime courage, minuscule courage, nous le savons et c'est bien parce que nous savons qu'il est minuscule que nous ne nous permettrons pas cette ultime défaite d'un demi-tour sur la serviette, le courage de se mouiller les couilles !

 

(Nouvelles) 74  pages au format 14 x 21, orné de 5 pages collages d’Annick Picchio, 8 €

Repost 0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 20:34

Jimenez-Fred.jpg

Lorsque Guy Chambelland édite L’Oiseau et le ciel aux éditions du Pont de l’épée en 1977, Frédéric Jimenez a onze ans. « Je ne sais pas si, comme on l’annonce chaque fois qu’un enfant écrit, il y a du génie ici », écrit-il alors. « J’ai édité ces poèmes parce qu’ils m’ont touché par une façon que, forcément, l’adulte a perdue, de dire les choses tout simplement. Comme il était temps de recenser la poésie féminine, ou nègre, ou…, il est bon d’écouter l’enfance… quand l’enfant est poète. Je trouve en tous cas dans L’Oiseau et le ciel une très subtile maladresse qui va plus sûrement à l’être que telle laborieuse démarche à la mode. »

J’ai reçu comme un cadeau précieux un des rares exemplaires du tirage de tête du livre que m’offrit son père, le poète Alfonso Jimenez, lors d’une visite amicale à Genève à la fin de l’été 2009. À chaque fois qu’il m’est arrivé de le faire lire, j’ai retrouvé la même réaction d’émerveillement et d’étonnement : cette façon d’aller droit au but sur les sujets les plus graves surprend chez un enfant. On me demande de répéter son âge. Un grand souffle de liberté agite ces pages. Le jeune Frédéric recourt d’instinct aux quatre éléments pour exprimer ses inquiétudes et ses désirs : la terre (…« aujourd’hui entre les mains de la pollution/la terre tombe, se fait shooter »), l’eau (… « cette belle eau colorée par le désastre »), le feu (…« s’il s’éteint tout seul, c’est comme un vieux qui finit sa vie »), et l’air naturellement : « Je me demande si sauter de dix mille mètres et rester dans l’air cinq minutes ça ne vaut pas la vie »...

(extrait de la préface de Philippe Lemaire)

 

44 pages au format 14 x 10 et 10 collages non paginés de Philippe Lemaire, 6 €

Repost 0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 20:27

 Canut-Goux.jpg

32 feuillets imprimés recto sur vergé 100 g au format 15 x 21 à l’italienne, comprenant chacun un poème de Jacques Canut et un dessin de Claudine Goux dont 6 pages couleur,  tirage limité à 100 exemplaires numérotés de 1 à 100 et 10 exemplaires réservés aux auteurs, 12 € (+ 2 € de port) (le port est compris si vous commandez plusieurs exemplaires)

 

 

 

 

 

 

L’amour à cheveux blancs

sous le regard émacié

de Thanatos.

Qui, cette belle partenaire

sur la photo ?

Pourtant, il a toute sa mémoire.

Mais là ?

Une faille, un abîme plus profonds

que l’oubli : l’Indifférence !

 

Repost 0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 20:18

Azarel.jpg

Le bord des rivières est une frontière entre deux mondes. Dans les rivières de plaine, au lit d’ordinaire assagi, l’eau coule et roucoule des heures tranquilles, rythmées par les saisons. Parfois, surtout après les pluies, une odeur mélangée de vase, mucus, petite mort, prima donna liquéfiée, pauchouse chevaleresque, déjante le promeneur solitaire. Les remugles de l’âme remontent du fond comme un crachat ascensionnel. On déambule en se frayant un chemin, nostalgique et fredonnant « la bohème, la bohème, c’est là qu’on s’est connus, moi qui criait famine, et toi qui posait nue ». Abandon à la force des dessous. Nudité des dessus. Tendre cacophonie intime… Quand les broussailles n’ont pas trop poussé, le passant  suit le cours de l’eau depuis la berge. Une berge, pas dix ni quarante, sur laquelle poussent des boutons d’or au printemps, s’endurcit l’herbe chiffonnée de l’été, s’étalent les pétales d’argent de la monnaie du pape à l’automne, où les feuilles mortes montrent leur bronzage au cœur de janvier.

 

80 pages au format 15 x 21 à l’italienne, + 12 pages photos couleur de Gaspard. R,  10 €

   

  Comme je retourne sur mes pas, je sens le son des flonflons me tirer par la manche. Je traverse la place du cloître. Théâtre secret d’ombres enlacées, de lumières au sol, de rosiers au teint hâlé par les journées trop chaudes. Opulence de pierres augustes qui ferment les yeux, respirant le suc de la nuit. J’atteins la grand’ place de la mairie. Noire de monde. Ambiance de fête. Gentille, gaie. Il doit bien y avoir plus de mille personnes sur les bancs en bois. Fin de repas aveyronnais : tripous, aligot, vin de Marcillac issu du rustique cépage mansois, ou bière bien fraîche. Orchestre campagnard plan- plan. Musiciens en pantalon noir, chemise carmin. Les gens dansent. Une espèce de bourrée. Beaucoup font ce qu’ils peuvent avec application, c’est parfois n’importe comment. La vie messieurs dames, la vie, avec ses joues rouges, ses essoufflements bienheureux, ses bulles de rires, son joyeux bazar où, fidèle à Jacques Brel, on oublie tout

    et on se sent « pour une heure, une heure seulement, beau, beau et con à la fois ».  

Gaieté de l’eau vive

Accent acidulé d’un hautbois

Trouant la forêt

(Troll près de Saint Paul / Haute Savoie)

 Envie de danser ? Heu… Sûr que j’aurai besoin d’une cavalière qui ait le courage de me prendre par la taille pour me donner la confiance de tourner. Je danse comme une savate. Rapport au corps. J’adore la danse. Rapport à l’esprit. Je suis bien dans cet autre spectacle de la vie. Je pourrai rester des heures à regarder, sourire béatement aux gens, câliner des yeux les filles jusqu’à échauffer leurs chevaliers servants, à picoler. Plaisir physique et mental c’est sûr, intense, pas même secondaire au fond. Sommeil ? Sommeil, mais je suis encore debout. Heureux de l’être. Un peu étourdi. La dague des mots pend  à mon côté secret. Une chanson de Léonard Cohen ronronne dans ma tête. Là bas, sur le pont, juste avant de partir… La voix, comment dire, comment la nommer…..la voix intérieure avait voulu en finir : « alors, finalement, qu’est que tu vas faire ? »

-                                  Je vais faire de mon mieux, c’est tout.

 

  Sous le pont de Saint Geniez coule le Lot. Enfin, ça fait sourire Apollinaire.

Repost 0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 20:13

Bouchery-pointe-sarene.jpg

Cette réalisation de Dan Bouchery nous donne à voir l’EXCLUSION, la misère, l’universelle errance, démesurée, envahissante, démultipliée par la crise actuelle. Interminable pèlerinage humain. Autour de nous. En nous.

Point de départ : c’est d’abord en demandant au passant anonyme l’une de ses chaussures, dans un parc de Paris, en 2005, que le projet a démarré. En 2008, ce projet a évolué et c’est avec des chaussures trouvées et rassemblées par cinq (comme une petite famille ?) que Dan décore son premier site. Elle installe cette collecte en guise de fleurs au pied d’un calvaire, puis photographie. Les installations restent sur place. Douze calvaires à ce jour, de Basse-Normandie et de Vendée, ont accueilli ses installations. Chaussures trouées, symbole des exclus. Chaussures-prières, offrande des presque va-nu-pieds. Prières de demande. Prières de pardon. Cris d’angoisse et de supplication. Cris de révolte et de questionnement. Parfois cris de confiance aussi.

À partir d’une sensibilité frémissante ouverte aux autres et sur le monde, à partir d’une grande souffrance personnelle, Dan Bouchery nous conduit à mieux prendre conscience que nous sommes tous, de manière ou d’autre, à tel ou tel moment de notre vie, les exclus de quelque chose ou de quelqu’un.

Ce qui nous frappe d’emblée, dans ces installations, ces photos, c’est la très grande empathie de l’artiste. Empathie : faculté de se projeter sur un mode cosmique  où non seulement l’humain mais l’animal notre frère  et même l’humble végétal subit l’inégalité, l’exclusion. Telle, l’herbe folle, l’herbe sans nom, exclue de l’aristocratique herbier.

            Au pied de la croix, des souliers... Souliers de toutes sortes : grosses chaussures de marche. Très usagées. Tongs. Très usagées. Charentaises. Très usagées. Ballerines. Très usagées. Sabots. Très usagés... Souliers de pauvres. Pieds meurtris. Pieds souillés. De poussière, de boue, de fatigue et de larmes. Pieds usés de nos angoisses et de nos doutes. Souliers-visages de la misère. Souliers percés : trous, déchirures de l’exclusion. Douleurs de toute vie. Celle de Dan. La nôtre aussi. Dan nous invite à ressentir avec elle. À com-patir au sens profond du verbe – et de toute passion – « souffrir avec ».

Douze poèmes accompagnent Christ aux pieds nus. Douze poèmescomme les douze apôtres : dans un monde de plus en plus divisé, compartimenté, réglé, trié... court à travers ces textes le fil d’or de la révolte contre une société impitoyable plaçant – tel Charlemagne ! – les bons à sa droite, les mauvais à sa gauche, se réservant ce qui lui est utile, mettant au rebut, vouant à l’exclusion, à l’oubli, à la mort tout ce qui ose déplaire : handicapés, S.D.F., eau « usée »... « Les pauvres, les impuissants, les indigents, les inutiles ».

Démarche d’indignation, ardente et lumineuse dont la simplicité, la naïveté voulue fait toute la force. Oui, Dan Bouchery nous donne ici un témoignage puissant. Merci à elle.          

                

                       Jacqueline Held

 

Commandes à

 

http://pointesarene.monsite-orange.fr/

 

Repost 0
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 20:11
Repost 0

Portrait du blogueur

dans un spectacle Gaston Couté

couté

Recherche

pourquoi bloguer

Je m'efforce d'insérer dans ce blog les annonces des publication des éditions associatives Gros Textes, des billets d'humeur et des chansons de ci de là. Ceci n'ayant rien d'exhaustif.

pour commander des livres

Si des ouvrages présentés dans ce blog vous intéressent, vous pouvez les commander en envoyant un chèque correspondant à la somme indiquée (+ un forfait port de 1 €) à l'adresse des éditions :
Fontfourane
05380 Châteauroux-les-Alpes

pour tout renseignement complémentaire (conditions d'envois et de remises pour les libraires, collectivités...), vous pouvez écrire à gros.textes@laposte.net

bouquinerie

 

 

Les pages ventes par correspondance sont en chantier.

Nous allons tenter dans les semaines qui viennent de proposer à la vente à partir du blog certains livres de notre épicerie littéraire.

Pendant le chantier, si vous tombez sur un bouquin que vous cherchez, vous pouvez envoyer un mail à gros.textes@laposte.net, et on vous dit comment faire.