Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 20:33

pincon-celui-qui.jpg

Celui qui était dans le lit et

Te dire que je ne me marie plus d’Isabelle Pinçon

(2 livres en 1)

 

Elle a rêvé d’un couple qui était dans une relation épouvantable, dans une violence effroyable et c’était de l’amour.

 

Une bombe sous le lit, la femme à côté qui découvre celui qui était dans le lit, explosé, décapité.

 

 

Il va se coucher tout de suite, il se tourne dans l’autre sens, il est épuisé, elle regarde son petit nounours à califourchon sur un nuage bien rond, elle peut se repasser les films, quand ils font l’amour devant la télé, quand ils foPincon-te-dire-que.jpgnt l’amour dans les bois, quand ils font l’amour sous les tropiques.

 

*

 

Je dis : la jouissance part de soi, d’abord, uniquement de soi, je dis : le reste, lhommequireste, ne pourrait être qu'un divertissement, une histoire d'il était une fois, deux fois, trois fois, un dessert à manger sans modération, j'élabore d'incontournables théories sur les lois de l'amour, je dis : la jouissance…

 

Sinon ce sont les vieux fantômes de l'enfance.

 

C’est pire sinon, c’est pire.

 

Elle commence à se goinfrer de bonbons par erreur sur la douceur.

 

ISBN : 978-2-35082-196-2

 76 pages au format 10 x 15 cm, 8 € 

Repost 0
15 mai 2012 2 15 /05 /mai /2012 21:38

BLEU ciel non compris de Lili Frikh

Collection "l'espace d'un soupir"

Frikh.jpg

ISBN : 978-2-35082-195-5

  

La plupart des auteurs, nous nous amusons à écrire. Parfois l'éditeur croise quelqu'un qui joue sa vie à l'écriture. C'est exceptionnel. Si je dis que Lili Frikh, c'est de la famille d'Artaud, Céline ou Rimbaud, on va dire que je déconne. Non je crois pas.

 

       Il y a deux catégories d’écrivains, les éclaireurs et les allumeurs. On connaît les Phares, mais l’époque a besoin d’allumeurs, non pas à la façon de ce personnage d’André Hardellet «qui s’oppose au contentement du désir après l’avoir fait naître», mais à la manière de Lili, allumeuse — de nos réverbères : «Quand  j’allume  un homme, c’est en espérant qu’il éclaire». À lire Bleu, nous sommes ses allumés — devenus éclairants.

                                                            Extrait de la préface d’Alain Borer

 

B L E U   

INCURABLE    / N°061

Jamais demander la lune aux autres. Me la demande à moi. Quand je l’ai, je la donne et quand je la donne, je l’ai. Petite, c’était ma langue au chat tout de suite. Je roulais déjà ses pelles au Diable, sans rechigner. Quand faut y aller, faut y aller, se dépêcher, devancer l’appel, savoir qu’on est sur la liste, ne pas attendre son tour, ne pas espérer y échapper, ne pas remettre à plus tard la fonte des rêves. « Chaque chose en son temps ! »  Foutaises ! Pas celle là. Celle-là, je l’ai faite d’abord, d’instinct, toutes émotions cessantes. Quand faut y aller, faut y aller directement  au diable, aller s’y faire voir, montrer le bout de son nez. Que le mal soit déjà fait !

C’est toute l’histoire qui en dépend, le « Il était une fois,.. ». Et il était une fois, une princesse qui refusait de s’endormir au fond du bois, qui voulait dire je t’aime du « J » jusqu’au « E », sans rien oublier de l’autre, sans rien inventer, que soi. C’est l’amour qui donne ça, le paradis en passant par l’enfer. Saloperie d’itinéraire, difficile à modifier. Y’en a peut-être d’autres, j’ai pas trouvé. De toutes façons, faut traverser le feu, parcourir tous les tremblements, sans oublier les blessures qui s’ouvrent avec les yeux, Bleus incurables.

 

132  pages au format 14 x 21, + un CD, 55 minutes d’enregistrement de l’auteur sur une création sonore de Bruno NöX Méria, 12 € (+ 2 € de port – port compris à partir de l’achat de 2 exemplaires)

 

Repost 0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 21:20

Entre la salle des fêtes de Châteauroux-les-Alpes et notre épicerie littéraire, Gros Textes fêtera ses 20 ans dans le cadre de la manifestation l'ivresse des livres. Ce sera le 13 mai. Pour en savoir plus c'est là :

link

Repost 0
4 mai 2012 5 04 /05 /mai /2012 21:03

Pedini-polder-153.jpg

Prendre part à la nuit de Jean-Baptiste Pedini (polder 153)

 

Si les textes qui composent ce livre sont des sortes de photographies d’instants crépusculaires, de moments suspendus en pleine nuit, des instantanés de vie dans l’obscurité, j’ai le sentiment qu’ils témoignent en contrepoint des ombres qui habitent l’esprit du veilleur, tellement d’ombres qui se bousculent, celles de l’enfance et de ses peurs, celles des visages absents, de la solitude, de la difficulté à être.

 

Ce qui se joue, en somme, (…) c’est une cicatrisation : à la fois, elle rappelle la blessure et dit le travail pour en réparer les dommages. Reste une trace sur la peau dont on peut apprécier le dessin qu’on pourra lire de multiples manières.

 

Jean-Christophe Belleveaux

(Préface)

42 pages au format  10 x 15, couverture : Lise Debelroute, 6 € (+ 1 € de port – port compris à partir de l’achat de 2 exemplaires)

 

 

La bonne humiliation de Jean-Marc Proust (polder 154)

 

Proust-polder-154.jpg

Mes poèmes ne sauvent pas

ils maintiennent.

Ils n’exaltent rien, ils constatent.

Mes poèmes ne sont pas intelligents,

ils refusent le mystère et le trope.

Ils s’écrivent sans pulsation ni rythme.

Ma poésie se tient droite comme un urinoir.

Elle est un vieux pansement sale.

Je suis né sans suicide ni désespoir.

Je suis né rien.

De ce rien j’ai créé la maladie

et j’ai pensé que j’avais bien fait.

De cette maladie est née l’humiliation

et l’humiliation est bonne :

elle est la vie.

 

50 pages au format  10 x 15, + 4 pages couleur recto de Marie-Christine Texier, 6 € (+ 1 € de port – port compris à partir de l’achat de 2 exemplaires)

Repost 0
3 mai 2012 4 03 /05 /mai /2012 22:18

Maintenant que je ne fais plus de revue, le tas de bouquins qu’on m’envoie va être chroniqué dans les tuyaux de l’internet.

lectures d'avril  

notes de lecture de

Remontants et ricochets de Jean-Claude Touzeil

Un chèque en blanc du même

Carnet de têtes d'épingles de Jean-Claude Martin

Les âmes petites de Véronique Joyaux

Marche lente de Jean Azarel

Bienvenue à l'Athanée de Daniel Biga

Les Hommes sans épaules (revue) n°33

Décharge (revue) n°159

Repost 0
20 avril 2012 5 20 /04 /avril /2012 09:10

En cliquant là

http://www.franceculture.fr/emission-poeme-du-jour-avec-la-comedie-francaise-printemps-des-poetes-sophie-braganti-2012-03-08

Printemps des Poètes: Sophie Braganti - Littérature - France Culture

on entend un poème de Sophie Braganti extrait de "Trac"photo-diverses-2626b.jpeg

                                                                               (photo de Michel Durigneux)

 

 

   

et là

http://www.franceculture.fr/emission-ca-rime-a-quoi-matthieu-gosztola-2012-03-25

c'est une émission consacrée à Matthieu Gosztola auteur de "Mémoire vive"

 

                                  

 

 

 

        

 

 

 et là là là là

c'est du Thomas Vinau

http://www.franceculture.fr/emission-polaroid-lettre-du-front-1-je-vous-ecris-de-la-rouille-bleue-d-octobre-2011-10-13.html

 

http://www.franceculture.fr/emission-polaroid-peters-clochard-celeste-missive-de-thomas-vinau-2011-11-22

 

http://www.franceculture.fr/emission-polaroid-n-aspergez-pas-l-acteur-qui-joue-2012-01-25


http://www.franceculture.fr/emission-polaroid-a-dix-metres-de-la-la-premiere-aventure-de-ta-vie-2012-03-23

 

 

 

 

 

 

                                      

Repost 0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 23:01

 J'avais 15 ans et j'écoutais ça

 

 

Pierre Autin-Grenier vient de me faire découvrir ça

 

Merci Pierre
Repost 0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 22:25

Jegou.jpg

Une meurtrière dans l'éternité de Alain Jégou

suivi de Boucaille

Postface de Ghislain Ripault

collection "l'espace d'un soupir"

 

Il aura accompagné toute l'histoire de Gros Textes ce papy beat au verbe tendu comme corde d'amarrage à la poétique à jamais insoumise

 

 

Caillante d’espoirs

Et piètre devenir

En souffrance

Qu’est-ce qu’une vie

Sinon gagner du temps

Juste un soupçon de temps

Comme on souffle sur ses doigts

Pour les garder du froid

Quérir un peu de chaleur

Pour se préserver du pire

Et poursuivre vaille que vaille

L’ineffable combat

 

 

120  pages au format 14 x 21, 10 € (+ 2 € de port – port compris à partir de l’achat de 2 exemplaires)

Repost 0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 22:17

Merlot.jpg

Coyote jette les dés de Hervé Merlot

collection "l'espace d'un soupir"

 

L'ombre de Brautigan toujours. Et la joie pour moi de retrouver Hervé Merlot, compagnon de revue des débuts de Gros Textes et sorte de grand frère que j'admirais déjà il y a une bonne quinzaine d'année.

 

 80 pages au format 14 x 21, 8 € (+ 2 € de port - port compris à partir de l'achat de 2 exemplaires)

 

 

 

 

Charge de la cavalerie légère

 

Eh bien vous taxez

l’eau le vent le soleil

les fruits & les légumes

les minerais les vols intercontinentaux

les autoroutes

les piscines

les alcools les excès de vitesse

& j’en passe !

 

La loutre le faucon la truite

le fourmilier les montagnes & les fleuves

l’océan & les pôles & le jour & la nuit

Coyote & la tortue

prélèvent-ils leur dîme

sur votre encombrante présence ?   

Repost 0
18 avril 2012 3 18 /04 /avril /2012 22:03

bourcon.jpg

Ce qui vient de Michel Bourçon

collection "la voix du dedans"

 

C'est une sorte d'oiseau solitaire venu balafrer le ciel, c'est une poésie qu'on entend à peine, c'est une poésie des profondeurs. Pas un mot de trop, rien ne dépasse, on est dans le point d'impact...

 

souvent

il n'y a pas de mot

sur ce qui monte en soi jusqu'à la bouche

 

jusqu'à quelle source

 

on reste

dans les bruits de la rue

ses odeurs après la pluie

 

on va lessivé

faire un tour

puis on rentre

pour s'apercevoir

que l'on est sorti

 

76  pages au format 10 x 21, et 6 illustrations couleur pleine page recto d’Anne Cacitti, 8 € (+ 2 € de port – port compris à partir de l’achat de 2 exemplaires)

Repost 0

Portrait du blogueur

dans un spectacle Gaston Couté

couté

Recherche

pourquoi bloguer

Je m'efforce d'insérer dans ce blog les annonces des publication des éditions associatives Gros Textes, des billets d'humeur et des chansons de ci de là. Ceci n'ayant rien d'exhaustif.

pour commander des livres

Si des ouvrages présentés dans ce blog vous intéressent, vous pouvez les commander en envoyant un chèque correspondant à la somme indiquée (+ un forfait port de 1 €) à l'adresse des éditions :
Fontfourane
05380 Châteauroux-les-Alpes

pour tout renseignement complémentaire (conditions d'envois et de remises pour les libraires, collectivités...), vous pouvez écrire à gros.textes@laposte.net

bouquinerie

 

 

Les pages ventes par correspondance sont en chantier.

Nous allons tenter dans les semaines qui viennent de proposer à la vente à partir du blog certains livres de notre épicerie littéraire.

Pendant le chantier, si vous tombez sur un bouquin que vous cherchez, vous pouvez envoyer un mail à gros.textes@laposte.net, et on vous dit comment faire.