Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 17:29

Pierre Tilman

C’est l’histoire d’un type

 

C’est l’histoire d’un type qui avait des tatouages sur les jointures des doigts, une lettre sur chacune : L-O-V-E à droite et H-A-T-E à gauche. Quand on voit ce genre de connerie, on préfère se tenir à l’écart.

 

*

 

  C’est l’histoire d’un type qui était un drap mis à sécher sur un fil, avec des épingles à linge en plastique bleu et rouge, et qui avait été emporté par le vent.

 

*

   C’est l’histoire d’un type qui était le type même de l’homme incapable de comprendre les choses tant qu’il n’avait pas essayé de les mettre en mots.

 

*

 

   C’est l’histoire d’un type qui était incapable de comprendre les choses quand il essayait de les mettre en mots.

 

*

 

   C’est l’histoire d’un type qui était encore plus incapable de comprendre les choses une fois qu’il les avait mises en mots.

 

Pierre Tilman

ISBN : 978-2-35082-230-3

 

72 pages au format 10 x 15 cm; 6 €

Repost 0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 17:19

Sébastien Lespinasse

 

Fougax et Barrineuf vont en bateau

 

récit-poèmes

 

 

(Définition)

 

 

 Je

connais un pont qui relie deux ponts entre eux,
de telle sorte qu’on ne sache jamais vers quel côté
de la rive on se dirige. Ces deux ponts inverses et
complémentaires, je les ai appelés Fougax et Barrineuf,
non pas par pure convention, mais parce qu’ils m’ont
appelé et que je ne sais pas toujours comment résister.

 

*

- Regarde Barrineuf !

Fougax s’exclame, très excité.

- Regarde, regarde bien !

Fougax a un caillou dans la main gauche.

- Regarde !

Il ouvre la main : le caillou bascule sur le côté puis tombe en faisant un bruit mat.

- Tu comprends ? Est-ce que tu comprends Barrineuf ?

Barrineuf reste interdit devant ce spectacle.

- Attends ! Attends ! Tu vas voir ce que tu vas voir !

Fougax montre alors un deuxième caillou, sensiblement de même taille et de même forme que le précédent. Il le tient dans sa main droite.
Il regarde fixement Barrineuf avec un air de défi dans les yeux.
Il prend son souffle.

- Hop !

Il lance le caillou en l’air, le caillou monte de quelques centimètres, son ascension se ralentit puis il amorce un second mouvement de redescente, enfin il chute complètement à terre en faisant encore le même bruit mat.

Tout cela a duré moins d’une seconde.

 

- Tu comprends, tu comprends maintenant Barry ?

 

 

Barrineuf acquiesce lentement le visage empreint d’une profonde gravité.

Fougax lui sourit. Lente progression jusqu’au
caillou de la cervelle. Les lèvres crispées de
Barrineuf finissent par se détendre.

 

 

 

 

 

 

Alors ils se prennent dans les bras l’un de l’autre.

Alors ils s’embrassent.

 

 

Sébastien Lespinasse

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

ISBN : 978-2-35082-228-0

 

120 pages au format 14 x 21 cm, 10 €

Repost 0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 17:02

Amour toujours

de Armand le Poête

Armand le poête

ISBN : 978-2-35082-227-3

132 pages au format 14 x 21 cm, 10 €

 

Armand le poête
Repost 0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 16:54

(bois, putes, oiseaux)

de Natyot

Alors je me suis tue.

On pourra peut être se parler maintenant.

Essayer sans la bouche. Je suis déjà tranquille.

J’ai un peu marché et je me suis enfoncée dans les bois.

Il n’est pas trop tard pour s’enfoncer dans les bois.

Je le saurais.

Les bois, c’est comme une petite forêt.

Tu ne m’as pas suivie, c’est encore partie remise.

J’inhale chaque pollen proposé.

Je m’en mets partout.

Ce n’est pas raisonnable mais j’avais dit :

Plus de bouche ! Plus de bouche !

Il fait toujours plus froid dans les bois.

Plus froid que n’importe où ailleurs.

Mais jamais autant que lorsque tu ne me parles pas.

Alors j’ai couru. Il y avait plein de raisons de le faire.

 

 

 

 

Natyot

Natyot écrit des textes au présent, vit à Montpellier au présent, fait des lectures pour se présenter, être présente.

Dans le passé, Natyot a fait de l’architecture, de la musique, des livres et tout est encore présent dans son présent qui est la poésie.

(bois, putes, oiseaux) est son deuxième recueil aux Éditions Gros Textes.

ISBN : 978.2.35082.225.9

 

40 pages au format 14 x 21, 10 €

Repost 0
12 septembre 2013 4 12 /09 /septembre /2013 16:45
Bruno Sourdin

L’air de la route

de Bruno Sourdin

 

 

 

 

 

 

Puisqu’il me faut quitter cette terre où je ne reconnais plus rien,

ni les rivières ni les arbres ni l’eau ni le vent

Je ne voudrais pas partir sans dire adieu à l’étoile qui me suivait

Adieu à l’air du printemps,

au cri des corbeaux oiseaux vagabonds

Adieu à l’esprit du tonnerre et de la fumée,

à l’esprit qui souvent proteste

Adieu aux nuages et à l’herbe fraîche

Adieu à la machine à pluie, à l’arc-en-ciel laissé à l’abandon

 

ISBN : 978.2.35082.226.6

 

100 pages au format 14 x 21, 10 €

Repost 0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 17:32

des oranges sentimentales

de Christian Degoutte

 

 

 

Tout ce qui rentre dans le soleil ou qui retourne

sous terre attendre que la lumière a fini de consumer

nous qui restons le laisserons-nous partir

sans l’accompagner jusqu’au portail du jardin

d’une provision de vœux (pour eux, pour nous ?)

sans l’assurer de toute notre soif ?

 

 

 

Christian Degoutte

ISBN : 978-2-35082-222-8

80 pages au format 14 x 21, 9 €

Repost 0
11 septembre 2013 3 11 /09 /septembre /2013 17:01
Repost 0
8 mai 2013 3 08 /05 /mai /2013 20:18

Alain Jégou est mort le 6 mai 2013.

Un mail de Marie-Josée Christien signale ce blog pour découvrir le personnage : http://alainjegou.blogspot.fr/

 

En 1993, débarquant dans l'univers poétique avec la petite revue Gros Textes, j'avais repéré l'écriture d'Alain dans quelques publications qui me bottaient bien et tout particulièrement les poèmes de ce gars. Je sais plus comment j'étais tombé sur son adresse et après longue hésitation, avait osé lui envoyer une bafouille pour lui demander s'il accepterait de me confier quelques poèmes pour ma revue dont j'avais joint un numéro. J'étais scié de recevoir à peine quelques jours plus tard une lettre de 4 pages élogieuses sur ma petite entreprise poétique et une liasse de textes. Avec Jean-Pierre Lesieur, il était un des deux premiers poètes à qui j'avais osé m'adresser et qui m'avaient répondu illico. J'étais fou de joie.

Après c'est la vie...

Dans une lettre datée du 10 mai 1995, il écrivait :

"... je suis né extrémiste, jusqu'auboutiste, rebelle et j'espère crever en ce même état sans avoir jamais eu l'impression d'avoir perdu une seule année à idéaliser et ronchonner avec les renégats" et un peu plus loin :

"Aujourd'hui la brume a pris le pouvoir. La mer somnole sous ses miches ouateuses. C'est peinard cette ambiance et le rafiot glisse comme un loir amoureux."

 

En 1999, Alain avait préfacé mon polder chez Décharge et concluait ainsi sa préface :

"Allons! Allons-y ami Yves! Allons l'écluser le p'tit dernier avec le vieux Léo, celui de hurle-vent, le seul qui saura toujours, même par-delà la mort, nous faire le coeur jouasse et le verbe déconneur!"

Le vieux Léo qui nous dit que la sienne (de mort) n´aura pas, comme dans le Larousse
Un squelette, un linceul; dans la main, une faux
Mais fille de vingt ans à chevelure rousse
En voile de mariée, elle aura ce qu´il faut
Du coup m'est venu l'envie de chialer un coup en regardant Janis Joplin et lisant le poème hommage de Jean Azarel (autre papy beat avec qui Alain avait fait une superbe lecture par chez nous dans les Alpes il y a deux ans - il y avait également Daniel Biga).

” HELLO BROTHER CAPTAIN ALAIN”

 

Repost 0
15 mars 2013 5 15 /03 /mars /2013 21:35

la plupart du temps, il est prudent d'y regarder à deux fois pour débusquer l'entourloupe des puissants.

Gros Textes est situé en région PACA dont la Capitale Marseille est comme vous le savez "Capitale Européenne de la Culture" en 2013.

Ces 20 minutes de documentaire posent l'essentiels des questions qui nous animent d'un point de vue associatif. 

Pour résister au consensus fermement établi de longue date entre le pouvoir et la bourgeoisie culturelle avec sa faune de "créateurs", on peut également consulter les articles de Marseille en guerre et les communiqués décapants du "Front des Réfractaires à l'Intoxication par la Culture"

http://www.marseille-en-guerre.org/spip.php?page=sommaire

 

Repost 0
9 mars 2013 6 09 /03 /mars /2013 20:31

où l'on parle d'Yves Artufel.

Dans Terre à ciel, c'est Matthieu Gosztola

http://terreaciel.free.fr/

Ici c'est le poébzine de François-Xavier Farine

http://poebzine.canalblog.com/archives/2013/03/01/24562215.html

Et là c'est le programme du très doux festival de poésie de Bazoches du Morvan

http://poesie.baz.free.fr/

 

Plusieurs visiteurs m'ont dit avoir aprécié le rap engagé de Keny Arkana.

Il me semble que celui de Rocé ira bien ici avec en prime le saxo d'Archie Shepp

 

Repost 0

Portrait du blogueur

dans un spectacle Gaston Couté

couté

Recherche

pourquoi bloguer

Je m'efforce d'insérer dans ce blog les annonces des publication des éditions associatives Gros Textes, des billets d'humeur et des chansons de ci de là. Ceci n'ayant rien d'exhaustif.

pour commander des livres

Si des ouvrages présentés dans ce blog vous intéressent, vous pouvez les commander en envoyant un chèque correspondant à la somme indiquée (+ un forfait port de 1 €) à l'adresse des éditions :
Fontfourane
05380 Châteauroux-les-Alpes

pour tout renseignement complémentaire (conditions d'envois et de remises pour les libraires, collectivités...), vous pouvez écrire à gros.textes@laposte.net

bouquinerie

 

 

Les pages ventes par correspondance sont en chantier.

Nous allons tenter dans les semaines qui viennent de proposer à la vente à partir du blog certains livres de notre épicerie littéraire.

Pendant le chantier, si vous tombez sur un bouquin que vous cherchez, vous pouvez envoyer un mail à gros.textes@laposte.net, et on vous dit comment faire.