Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Hello brother captain Alain

T’es parti pour de bon à ce qu’on dit

La mer au milieu

La terre dessus

Le ciel  dessous

Odeur de poiscaille et de nitroglycérine

Faire péter les vieux codes qui nous ont menés là

Fumet rock n’roll

Bastringue de peau sur la passe ouest

La poésie partout

Peintures navajos sur la langue

Trop belle ta langue

….

Que blablater sur ta mort ?

Que tu m’as fait renaître à l’écriture

Que chaque fois à tes côtés c’était le mariage gai

Que l’esprit sain vaut mieux que le saint esprit bien que rien ne soit irréconciliable

Que faire ensemble « Papy beat generation » m’a redonné goût à cette putain de vie

Que qui n’a pas lu « Ikaria LO », « Comme du vivant d’écume » ou ton last but not least « Une meurtrière dans l’éternité / Boucaille » ferait bien de se grouiller, on peut crever à tout moment

Que j’ai mangé chez toi et Marie Paule les meilleures langoustines de la création

Que c’était indicible de serrer dans mes bras ton corps amaigri la dernière fois qu’on s’est vus

Que DSK et Guéant ne savent même pas qui tu es, la honte !

Que cette chimio de merde que tu as endurée pendant des mois sans moufter sur tes douleurs n’a servi à rien

Que Claude Pélieu te salue bien haut

Que Jack, Lawrence, Bill, Bob, Neal, Charles, plus tous les doux dingues anonymes qui ont eu le blaze de te connaître te saluent bien haut

Que Lu, Karine, Pam, Joëlle, et toutes autres gonzesses remarquables te saluent bien haut

Que la flottille d’éditeurs qui t’ont publié te salue bien haut

Que j’essaie de ne pas chialer mais que j’ai du mal

Que t’étais mon frère d’armes, et que nos armes faisaient l’amour avec les mots et pas la guerre, même si ça fait rire au crépuscule des crétins

Que je vais laisser là « Love is everywhere » qui te bottait bien et sur lequel tu n’as pas eu le temps de bosser en priant la dive bouteille que les textes soient à la hauteur, parce qu’y a rien à faire d’autre

Que baiser la plus belle fille du monde ne changerait rien à l’affaire

Qu’à part mon père et mon fils, ce qui est paraît-il bien normal, je n’ai pas adoubé tant d’hommes que ça

Que malgré le drapeau noir planté dans le cœur, je n’ai pas de haine car tu m’as écrit un jour que tu étais content de me connaître

Qu’on ne t’oubliera pas, que tu étais un vrai poète, que tu étais un homme libre, qu’on donnera ton nom à une rue de Lorient, et toutes ces conneries convenues des hommages de crevaille

Que je vais fumer un très gros joint en écoutant les Doors, à défaut de filles il me faut de la bonne musique facile

Que sans le savoir tu m’as aidé à payer ma dette à quelques vieux elfes déjantés au nom secret qui roupillaient dans mon ventre

Que le congre dit toujours ouigre

Que je pense à ta compagne

Que je n’en ai pas fini avec toi

Que ça va chier dans les filets

Hello brother captain

T’en as bavé sur la fin

Mais pendant longtemps

La pêche a été bonne

 

Jean Azarel

Partager cette page

Repost 0

Portrait du blogueur

dans un spectacle Gaston Couté

couté

Recherche

pourquoi bloguer

Je m'efforce d'insérer dans ce blog les annonces des publication des éditions associatives Gros Textes, des billets d'humeur et des chansons de ci de là. Ceci n'ayant rien d'exhaustif.

pour commander des livres

Si des ouvrages présentés dans ce blog vous intéressent, vous pouvez les commander en envoyant un chèque correspondant à la somme indiquée (+ un forfait port de 1 €) à l'adresse des éditions :
Fontfourane
05380 Châteauroux-les-Alpes

pour tout renseignement complémentaire (conditions d'envois et de remises pour les libraires, collectivités...), vous pouvez écrire à gros.textes@laposte.net

bouquinerie

 

 

Les pages ventes par correspondance sont en chantier.

Nous allons tenter dans les semaines qui viennent de proposer à la vente à partir du blog certains livres de notre épicerie littéraire.

Pendant le chantier, si vous tombez sur un bouquin que vous cherchez, vous pouvez envoyer un mail à gros.textes@laposte.net, et on vous dit comment faire.