Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Les visages s’effacent de Philippe Païni

Editions Potentille, 8 Allée Marcel Paul, 58640 Varennes-Vauzelles, 7,70 €

Ben oui, les visages s’effacent avec les dernières lumières du jour mais parfois c’est « la parole qui se se met à revivre devant un verre de vin de moravie ». C’est rapport au temps bien sûr, aux villes et endroits où l’on passe, aux reflets dans les vitrines, aux ponts sur les rivières, à une certaine densité de l’air qu’on respire. Et d’un voyage à travers l’Europe, on peut bien ne retenir qu’un geste, une mèche de cheveux qu’on remet en place, ce peut être une longue histoire. Etonnant et envoûtant petit ouvrage sinuant dans un balancement entre mémoire et oubli, ombre et lumière, parole et silence, vie et mort.

 

A défaut de miracle de Geneviève Peigné

Editions Potentille, 7,70 €

« La poésie comme faire les vitres

tant d’efforts

pour éclairer au mieux

la séparation. »

A défaut de miracle, on protège les petites lampes malicieuses qui sont disposées dans l’allée.

 

Où l’on retrouve Philippe Païni dans la collection lampe de poche de Contre-allées

« Architecture de l’orage » (5 €), « on s’attache aux formes changeantes », c’est bien le moins pour correspondre au titre ; reste à faire sentir l’insaisissable, on tète l’infini, ça mange pas de pain.

Dans la même collection chez « contre-allée », on trouve « Ma ténèbre » (sous-titré « en vingt-deux éclats, 6 €) de Valérie Rouzeau tout en brèves malices « encore un chien sans ailes / Un amour sans plus / En laisse / (Tomber) ». Et encore « A la fin dormir » (4 €) d’Olivier Bourdelier avec un petit air classique et fraternel, touchant et limpide « Les jours sont courts / j’ai mis dedans / ce que j’ai pu de joie… ».

Et encore « igrec ou bien » (10 €) de Gwénola Morizur, bribes de langues et bribes d’amours « je suis celle qui / à deux »

Et enfin

Copeaux d’un cirque d’Etienne Paulin (6 €).

« Ce qu’on ne saura jamais on l’écrit, voilà »,

on est fixé.

Explication : une amphore gigantesque et atrophiée, ébouillantée de souvenirs règne au fond des mers et le sens s’est accrochée à ses anses. Cqfd.

Partager cette page

Repost 0

Portrait du blogueur

dans un spectacle Gaston Couté

couté

Recherche

pourquoi bloguer

Je m'efforce d'insérer dans ce blog les annonces des publication des éditions associatives Gros Textes, des billets d'humeur et des chansons de ci de là. Ceci n'ayant rien d'exhaustif.

pour commander des livres

Si des ouvrages présentés dans ce blog vous intéressent, vous pouvez les commander en envoyant un chèque correspondant à la somme indiquée (+ un forfait port de 1 €) à l'adresse des éditions :
Fontfourane
05380 Châteauroux-les-Alpes

pour tout renseignement complémentaire (conditions d'envois et de remises pour les libraires, collectivités...), vous pouvez écrire à gros.textes@laposte.net

bouquinerie

 

 

Les pages ventes par correspondance sont en chantier.

Nous allons tenter dans les semaines qui viennent de proposer à la vente à partir du blog certains livres de notre épicerie littéraire.

Pendant le chantier, si vous tombez sur un bouquin que vous cherchez, vous pouvez envoyer un mail à gros.textes@laposte.net, et on vous dit comment faire.