Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 décembre 2010 6 25 /12 /décembre /2010 22:10

bulting.jpg

  

L’auteur aime jouer avec les mots, et d’abord avec son nom. Jusqu’à l’accoler à « Empire State » dans le poème à New-York qui est - évidemment - le sommet de ce recueil. Aussi, à la fin de la dernière section, en le suggérant - de façon évidemment pas inconsciente - dans un autoportrait en Sitting-Bull! Alors on peut être à son tour tenté de dire, en francisant cette fois le patronyme (s’autorisera-t-on une pointe d’accent marseillais?) que Christian nous livre ici, comme dans ses recueils antérieurs, un nouveau bultin(g) de santé: physique et métaphysique, amoureuse, sexuelle, familiale, sociale, civique, littéraire, humaine, etc. Au total, le bonhomme se porte plutôt bien. Même si, l’âge venant, il se voit volontiers en « vieux bluesman » noir (reprise du titre précédent  chez Gros Textes) ou en chef sioux buriné, le rapport au passé, à la jeunesse, l’évocation des parents, des amis disparus, se font aussi dans l’apaisement, le sentiment de la présence, l’accord serein avec le temps qui passe, avec « la pulsation de l’univers ». Dans une effusion qu’induisent la conscience et la saveur d’éternité de l’instant (l’épigraphe pascalienne, d’où est tiré le titre, ne dit pas autre chose). Satori devant le mimosa qui remplit la fenêtre, de ce côté-ci de l’Atlantique, ou chapelet de oui au monde égrené depuis le 86e étage du « Building » new-yorkais. Chez lui ou à Manhattan, Bulting au sommet de lui-même, pleinement et simplement, comme on peut le souhaiter d’être à chacun.

 

Jean-François Dubois

 

76 pages au format 14 x 21, 8 €

 

Encore combien de soirs avec le jardin dans les yeux

A siroter la vie comme l’eau-de-vie dégustée

A petites gorgées gourmandes à travers les saisons

Les soirs d’automne où la lumière s’engrisaille

Dans les pièces de l’appartement de grand-mère

Qui allume quand on n’y voit plus pas avant

Quand on n’y voit goutte voulez-vous une petite

Goutte et papa opinait doucement du bonnet

Pas besoin de parler ils se comprenaient

Geste professionnel d’ancienne serveuse de café

Versant l’eau dans un petit verre à dorures

Relevant la bouteille quand il soulevait le verre

La rangeant dans le buffet parmi la vaisselle

Démodée pendant qu’à petites gorgées gourmandes

Papa dégustait l’eau-de-vie savourait le vif

Le fort le brûlant de la vie après une journée

Laborieuse consciencieuse polie bonjour monsieur

Au revoir madame les enfants faites moins de bruit

Que j’entende couler en moi l’eau-de-vie

Ça il ne le disait pas à petites gorgées gourmandes

Il buvait comme quelqu’un qui savait que tout ça

Ne durerait pas il fallait en profiter là

Le dernier verre bien avant le dernier soir

Bonjour la vie adieu la vie

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Portrait du blogueur

dans un spectacle Gaston Couté

couté

Recherche

pourquoi bloguer

Je m'efforce d'insérer dans ce blog les annonces des publication des éditions associatives Gros Textes, des billets d'humeur et des chansons de ci de là. Ceci n'ayant rien d'exhaustif.

pour commander des livres

Si des ouvrages présentés dans ce blog vous intéressent, vous pouvez les commander en envoyant un chèque correspondant à la somme indiquée (+ un forfait port de 1 €) à l'adresse des éditions :
Fontfourane
05380 Châteauroux-les-Alpes

pour tout renseignement complémentaire (conditions d'envois et de remises pour les libraires, collectivités...), vous pouvez écrire à gros.textes@laposte.net

bouquinerie

 

 

Les pages ventes par correspondance sont en chantier.

Nous allons tenter dans les semaines qui viennent de proposer à la vente à partir du blog certains livres de notre épicerie littéraire.

Pendant le chantier, si vous tombez sur un bouquin que vous cherchez, vous pouvez envoyer un mail à gros.textes@laposte.net, et on vous dit comment faire.