Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2015 1 11 /05 /mai /2015 21:08

17 - Avec Mac Orlan, quand je n’allais pas bien, je me rendais chez lui; alors il me racontait des voyages qu’il n’avait jamais fait, comme il se doit, et il me remontait le moral. »      

Simone Bartel

Le catalogue Gros Textes a migré ici : https://sites.google.com/site/grostextes/. (rappel)

 

16 - 1280 âmes de Jean-Bernard Pouy, point seuil

Eric Dejaeger m’avait conseillé ce bouquin en écho à 1275 âmes de Jim Thomson signalé plus bas.

« Je ne pleure jamais au cinoche, puisque c’est en deux dimensions, c’est plat…

Un livre, qu’on lit tout seul, c’est autre chose. C’est déjà un travail incroyablement compliqué qui se fait au millième de seconde. D’abord, on décrypte des signes cabalistiques qu’on transforme en sons et, de syllabes en mots, de mots en phrases, on repère du sens. Et tout ça en parlant. En parlant de façon muette. Dans sa tête, on joue, on fait toutes les voix, et puis on imagine le décor et la musique, on crée les images. Tout ça en un millième de seconde. C’est pas du boulot ça ? »

 

15 - Mémoires sauvées du vent de Richard Brautigan 10/18

« Bientôt du jus de tomate vint se mêler au jus de chique dans sa barbe qui se mit à ressembler à un arc-en-ciel du pauvre. »

Et aussi…

« – Je ne sais pas ce qui pousse tout le temps les gens à bouger, tu sais, Papa. »

 

14 - Le cri d’os, poésie etc.  comme un cri d’os, Jacques Simonomis par Christophe Dauphin n° 41/42 et ultime dernier.

http://www.leshommessansepaules.com/livre-Comme_un_cri_d_os,_Jacques_Simonomis-9782912093424-1-1-0-1.html

Un remarquable et inattendu hommage au maître d’œuvre de la revue le cri d’os qui parut de 1993 à 2003, soit la même époque que Gros Textes. Ce numéro met également l’accent sur le poète Simonomis. L’ensemble est une passionnante page d’histoire littéraire de la marge et nous donne à lire quelques échantillons de la langue riche d’un qui apprit le métier chez Corbière, Couté ou Richepin.

« Trempe ton calame waterman / dans le crâne à boire / où bouent le sang des vaincus / et la liqueur d’amour / qui nous tient debout // Le pétrole fourbit ses unisuaires / poète insultant ses pairs / coagulés au cordeau / des ahans sans solution // Ton cœur résiste / trublion à dos large / sous le sarcasme des corbeaux / qui charbonnent en rafales // Sauvez la donne / amoureuses tissant l’échelle »

Ultime poème du dernier livre de Jacques Simonomis, Simples comme…(2005)

 

13 - Ma plus grande pièce c’est dehors de Claire Rengade, éditions espace 34, théâtre. Un théâtre du réel sans réalisme. Une sorte d’OVNI. Un choc comparable à celui que j’avais ressenti en écoutant Novarina au tout début des années 80…

« Personne s’arrête hein // là je suis à l’arrêt tu vois / je bouquine voyez j’ai un bouquin / je fume pas parce que des fois ça occupe comme on dit / y’a peut-être un autre train derrière // pourquoi le jeune vous le mettez à côté du pont vous pouvez pas le laisser tout seul / c’est pas un poids mais si tu veux dans l’équipe quand t’as une équipe de 10 avec deux jeunes hein ça fait 8 // les livres j’en ai lu 130 parce que je les note / je note tous les livres que j’ai lus parce que sinon je ne sais plus si je l’ai lu / y’en a je sais plus // je traîne ma caisse / j’ai les deux pieds sur le frein c’est mortel ça fait inertie / j’en pleure de rester / ça me dérange pas de faire 12 à 14 h par jour plutôt que de rester à la caravane / y’a un malaise quoi moi le mal des transport je l’ai à l’arrêt… »

 

12 Microbe n°89, Mai-Juin 2015, L'avorton de la littérature, Microbe est du rikiki modeste ou du minus sommaire. Au choix.

http://courttoujours.hautetfort.com/sport/

"L'absurdité a-t-elle un bout

l'infini est-il pluriel

combien d'angles a un rêve

combien d'éclat dans un rire" (Yve Bressande)

 

11 - Encore une petite plaquette trouvée sous le bureau suite à cette histoire de chat qui coursant une souris renverse une étagère de vieilleries. Là c'est un polder, le numéro 76 que j'ai relu agréablement.

La baleine morte de Denys Louis Colaux

"Ne craignez rien / ni la mort ni l'ennui / Ne craignez pas l'ennui / Ne redoutez jamais / de n'avoir rien à dire / Exercez sur le millimètre / votre droit de mesure / Regardez dans les yeux / le bord de l'infini / Décidez d'une fleur / et d'un point cardinal / Sabotez l'incident / Éclairez tout / Régnez sur votre sceptre / Allez à la clausule /Revenez à la chose / Magnifiez les horloges / Repeignez votre spectre / Asseyez-vous partout / Ordonnez qu'on se taise / Subjuguez la beauté / et soyez revenu / à 16 HEURES précises"

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Portrait du blogueur

dans un spectacle Gaston Couté

couté

Recherche

pourquoi bloguer

Je m'efforce d'insérer dans ce blog les annonces des publication des éditions associatives Gros Textes, des billets d'humeur et des chansons de ci de là. Ceci n'ayant rien d'exhaustif.

pour commander des livres

Si des ouvrages présentés dans ce blog vous intéressent, vous pouvez les commander en envoyant un chèque correspondant à la somme indiquée (+ un forfait port de 1 €) à l'adresse des éditions :
Fontfourane
05380 Châteauroux-les-Alpes

pour tout renseignement complémentaire (conditions d'envois et de remises pour les libraires, collectivités...), vous pouvez écrire à gros.textes@laposte.net

bouquinerie

 

 

Les pages ventes par correspondance sont en chantier.

Nous allons tenter dans les semaines qui viennent de proposer à la vente à partir du blog certains livres de notre épicerie littéraire.

Pendant le chantier, si vous tombez sur un bouquin que vous cherchez, vous pouvez envoyer un mail à gros.textes@laposte.net, et on vous dit comment faire.